Fiction(s) / Julie Sorrel

LE VERNISSAGE
La nuit tombe doucement sur Lyon. X arrive à l’angle de la rue de la Martinière et de la rue Louis Vitet. Il est encore tôt mais une petite foule commence déjà à se rassembler sous le néon jaune de la Galerie Blitz.
Soir de vernissage.
Dans la main de X se trouve le flyer, plié en quatre, de l’exposition FICTION(S) de l’artiste Julie Sorrel. Au recto, deux photos : Un homme, torse nu, allongé, lit « Des Histoires Vraies +10 » de Sophie Calle. Juxtaposée, une autre photo : un slip rouge vient d’être abandonné par le même (?) homme sur un tapis gris. Ce diptyque a mis X en émoi. Il veut en savoir plus. Il s’approche de Blitz et de la foule.
Des habitués, des nouveaux visages.
Près de la fontaine de vin rouge posée sur le petit banc jaune, un garçon, casquette à l’envers, visage empourpré, véhément, proclame au petit groupe qui l’entoure : « Mais non, le napperon en dentelle, à l’étage, je vous dis que ce n’est pas un ready-made, CE N’EST PAS UN READY-MADE ! »
« Quelle fougue, quelle excitation ! » pense X. Les mots de Robert Filliou lui viennent immédiatement en tête : « l’Art est est ce qui rend la vie plus intéressante que l’Art ». Pendant que le garçon à casquette poursuit sa démonstration bruyante, X monte l’escalier en colimaçon qui mène à la galerie. ( TO BE CONTINUED )

Pour en savoir plus sur Julie Sorrel : http://julie.sorrel.free.fr/