DISPERSION – Thibault Gaëtan Dubroca

La galerie Blitz poursuit son exploration de l’homo-érotisme masculin avec la poésie photographique aussi délicate que brutale de Thibault Gaëtan Dubroca. Garçons tendus et fragiles, nature/ architecture, ombre et lumière, les contraires s’accouplent pour une exposition busquée toute en tension.
( Exposition visible jusqu’au 24 Novembre 2017 )

« Une importance du non-choix ;
Il y a là, qui se confrontent, des éléments de choix, certes, car ils sont. Là, où je m’échoue sur cette parcelle vierge, des choix par dépit, de replis, de stratégie.
Là, dans le tumulte,
il faut parfois se laisser aller,
s’économiser un maximum.
Se laisser faire un peu,
encore un peu,
aller là où le vent porte.
Quand ça va trop vite il convient aussi de s’arrêter,
de prendre une pause,
de prendre une pose.
Comme pour s’éffacer un peu du reste,
pour se confondre et sentir là que l’on fait corps.
Changer de perspective,
Là, voilà, entre ciel et terre,
immobile. »

THIBAULT GAËTAN DUBROCA

« Images Non Contractuelles » – Olek Do

IMAGES NON CONTRACTUELLES
Les vernissages Blitz ( 💅🏻vos rendez-vous arty-sexy du jeudi 💄) reprennent en beauté avec le Designer éditorial & graphique Olek Do. Messages cryptés sérigraphiés, corps/images à désirer (et à posséder ?!), c’est la promesse que vous fait la Blitz Gallery pour cette rentrée.
olekdo.com
instagram.com/olekdo/
Ont aussi participé à cette exposition :
– Jean Ranobrac
– Collectif les marsiens
http://chezlesmarsiens.tumblr.com/
https://m.facebook.com/collectiflesmarsiens/?locale2=fr_FR
https://www.ranobrac.com/
https://m.facebook.com/ranobrac/

OLEK DO NOUS PARLES DE SES IMAGES NON CONTRACTUELLES :

« Les Images non contractuelles
sont celles que l’on fantasme
mais qu’on n’obtient jamais.

L’image produite, l’image langage, l’accumulation,
la production d’images de soi,
les déformations de mon image.
De la passivité à l’action ;
une obsession, héritière du flux.
Image d’identité, image déformée,
image reproduite, la distribution des images.

Le manque de goût,
la pratique des images
et l’utilisation de la typographie.
Des cartes postales, des intuitions,
des montages de mots.
Objet d’édition, de catégorisation.

Je suis un designer d’image,
qui se sert de sa propre image
pour construire son identité
en sachant pertinemment
que le plus court chemin vers soi
passe par les autres. »

FELT MOUNTAIN, Severine Dietrich.

FELT MOUNTAIN –


Y aura-t’il de la neige à Noël ?
Les canons à neige du prochain hiver devront-ils, formidables pinceaux géants, maculer les flancs des montagnes comme des aplats de peinture Blanc de Titane sur une toile ? Décorations étranges et absurdes des paysages montagnards des saisons sans neige.
Présence ou non-présence de l’or blanc, une obsession de montagnard, un sujet de prédilection pour la peintre lyonnaise Séverine Dietrich qui a fait de la montagne son sujet fétiche.
Peindre et repeindre, toujours le même sujet, JAMAIS la même toile, à la recherche de l’équilibre parfait, de l’ultime toile.
Comme les demi-cercles de Sonia Delaunay ou les bouteilles de Giorgi Morandi, les volumes et plans grandioses de la montagne offrent à Séverine un dictionnaire aussi précis qu’infini de formes agencées, ré-agencées par une grammaire sans cesse mouvante.
La galerie Blitz vous invite à un immersion totale dans l’univers de Séverine, une délicieuse overdose de variations sur le même thème.
Comme toujours vins frais et personnes de bonne composition pour fêter l’Art et la dernière exposition de l’année (scolaire ) chez Blitz.

« Juicy » de Ghislain Garlin

DE LA PATAPASTÈQUE.
Oh, une belle pastèque ! Le fruit est bien lisse. C’est trop tentant. Regardez ! Un doux jus sucré et coloré en coule doucement… Miam miam, JUICY à souhait !
« Il fallait que je l’ouvre, cette pastèque , que j’en fasse…de la patapastèque » confesse goulument Ghislain Garlin.
Voilà, La Pastèque de Pandore est donc ouverte : Dessins, peintures, céramiques, mini-installations… Plus rien n’est impossible quand il s’agit d’évoquer la joyeuse étrangeté de Patapastèque Land.
Une expo visible jusqu’au samedi 1er Juillet.

La Pastapastéquie, c’est aussi par ici : https://www.instagram.com/patapasteque/
www.ghislaingarlin.com

Fiction(s) / Julie Sorrel

LE VERNISSAGE
La nuit tombe doucement sur Lyon. X arrive à l’angle de la rue de la Martinière et de la rue Louis Vitet. Il est encore tôt mais une petite foule commence déjà à se rassembler sous le néon jaune de la Galerie Blitz.
Soir de vernissage.
Dans la main de X se trouve le flyer, plié en quatre, de l’exposition FICTION(S) de l’artiste Julie Sorrel. Au recto, deux photos : Un homme, torse nu, allongé, lit « Des Histoires Vraies +10 » de Sophie Calle. Juxtaposée, une autre photo : un slip rouge vient d’être abandonné par le même (?) homme sur un tapis gris. Ce diptyque a mis X en émoi. Il veut en savoir plus. Il s’approche de Blitz et de la foule.
Des habitués, des nouveaux visages.
Près de la fontaine de vin rouge posée sur le petit banc jaune, un garçon, casquette à l’envers, visage empourpré, véhément, proclame au petit groupe qui l’entoure : « Mais non, le napperon en dentelle, à l’étage, je vous dis que ce n’est pas un ready-made, CE N’EST PAS UN READY-MADE ! »
« Quelle fougue, quelle excitation ! » pense X. Les mots de Robert Filliou lui viennent immédiatement en tête : « l’Art est est ce qui rend la vie plus intéressante que l’Art ». Pendant que le garçon à casquette poursuit sa démonstration bruyante, X monte l’escalier en colimaçon qui mène à la galerie. ( TO BE CONTINUED )

Pour en savoir plus sur Julie Sorrel : http://julie.sorrel.free.fr/

 

« 10 Q 4 UR LOVE » – Giancarlo Pirelli

GIANCARLO ET SON RÉBUS SEXY.
A l’instar de ces personnes qui ont plusieurs métiers, Giancarlo Pirelli, étudiant à la prestigieuse École Émile Cohl, est un slasher : aquarelliste, dessinateur, peintre…
Tous les genres sont possibles quand il s’agit de se raconter, d’évoquer la subtilité des sensations, des sentiments ressentis quand on devient un adulte :
L’aquarelle sera le terrain de jeu aqueux de l’érotisme le plus NSFW, le trait d’encre noir et précis, le vecteur d’un humour cinglant tandis que la belle peinture et ses glacis mettrons en lumière la complexité des liens familiaux.
Une exposition en forme de rébus sexy à découvrir à la Galerie Blitz jusqu’au 1er Avril.

Et toujours vin rouge et vin blanc à gogo pour se remettre de ces émois.

Pour en savoir plus sur Giancarlo :
http://www.giancarlopirelli.com/


www.instagram.com/giancarlo.pirelli/

 

L’Avant de l’Après de Jean-Baptiste Carhaix

On connaît Jean-Baptiste Carhaix pour ses mises-en-scènes ou pour ses reportages où des gens se mettent en scène (Pélerins des sites mariaux). En toute discrétion le photographe a, depuis 2007, saisi les graffiti des friches de Lyon et de ses environs. Il rend hommage à ces artistes de rue, sa seule intervention consistant à cadrer d’un certain point de vue leurs œuvres livrées gratuitement au public. On peut donc parler ici de mises-en-cadres. « Je n’ai pas pu m’empêcher de photographier toute cette fugace beauté en liberté » avoue-t-il. Blitz Bazar et Galerie, avec la complicité de Vrais-Rêves, montre pour la première fois des images en grands formats (110 x 80 cm). Sur les cimaises, L’AVANT et sur le catalogue les photographie de ce que sont devenues ces friches, d’où le titre, soit L’APRÈS.

Un Noël chez Jean Cocteau

Poète, dramaturge, cinéaste, dessinateur, peu de domaines ont échappé au démiurge Jean Cocteau. Il est logique que celui qui, à la manière d’un Oscar Wilde, a fait de sa vie une œuvre d’art, ait imprégné si fortement de son univers les maisons qu’il a habitées.

La maison de Milly-la-Forêt, ou la Villa Santo Sospir de Saint-JeanCap-Ferrat, dont les murs lui ont servi de pages blanches, sont de véritables œuvres tri-dimensionnelles d’une richesse de détails incroyables à faire vibrer les plus blasées des déco-queens.

S’inspirant de photos d’époques, Blitz vous propose une sélection de tableaux, affiches, coussins, céramiques, qui, réunies ensemble créent la pièce supplémentaire et fantasmée de ces maisons-musées. Artiste invités : Myriam Persoud, Romuald&PJ, Mathieu Iquel, Nicolas Pegon, Olivier Auguste.

Blitz expose BLITZ de Nicolas Pegon

Après la réalité augmentée de B00K, la galerie Blitz accueille la réalité fragmentée et recomposée de Nicolas Pegon. Toutes les matières de la création semblent être réunies dans la galerie Blitz ( 45 dessins ) pour une leçon de choses fiévreuse et tourmentée.
Fleurs, sourires, métaux, muqueuses, poils, minéraux,…s’organisent entre eux pour former un maelstrom de matières étourdissant.
Vin rouge et blanc à gogo pour se remettre de cette expérience artistique hors du commun.

CABINET D’EXTRAVAGANCES
-Nicolas Savignat-
Les images, les représentations, les affiliations se télescopent dans le travail de Nicolas Pegon. Ses dessins s’élaborent dans une logique subconsciente, en inductions massives. Ils s’inscrivent dans une sublimation hétérogène, en marge d’un iconique. Une émotion non orthodoxe où les dégradés lumineux exaltent un sentiment indicible, à la fois volcanique et diffus. Un collage d’éléments suffisants, de motifs hétéroclites se chevauchant dans leurs altérations réciproques, leurs autarciques préciosités, leurs déficiences lacunaires.
Jeu de l’esprit à la sensualité brute, à la figuration mimétique, à la facture scrupuleuse. Une intention artificielle d’imiter un réel, réalité intérieure du sujet : impartiale, corruptible _ analogique.

Ici le sacré, le profane sont à égalité. Les pôles d’attraction sont azimutés vers un ailleurs relatif, des songes pluriels. De bric et de broc, exaltation de machineries savantes : inventives, fantasques. Baroques et Dada à profusion ! Une éloge de la substance, une apologie de la matière en autant de fétiches divinatoires, d’amulettes prophétiques : oxymores passionnés, proliférations flamboyantes, projections ritualisées…
L’exercice de cette jubilation nous transporte dans un onirisme enivrant, une réalité où la fiction est omniprésente. Une imagerie véhiculant un esprit libertaire, débarrassée d’une trame linéaire _ commensurable.

Vision d’un occulte, vertige imminent ses dessins intègrent un grand nombre d’impressions furtives issues d’expériences collectives, de propositions contractuelles. L’obscène, l’hérétique côtoient l’érotisme, le lyrisme à l’égal d’une insurrection poétique. Aussi les clefs de lecture de ses oeuvres se situent dans des déplacements sémantiques, des valeurs ajoutées en ébullition. Une virtuosité au service de l’humour, de la pétulance, des vanités amalgamées _ fusionnées… Comme autant de songes versatiles à la précision aboutie et paradoxalement à l’identité embryonnaire, impertinente dans sa saveur obsédante.
Des visions comme des élévations mégalithiques, des autels panthéistes, des anamorphoses, des métaallégories…

Un plaisir analytique, une emprise délectable des sens où l’intellectuel est aisé. L’Éros, le Thanatos, le trauma d’une psyché se régénèrent variablement dans un coït des plus vertueux _ digne.
Une cérémonie extravagante, des curiosités grotesques au gré des illusions et des caprices. Cycle des mues à la découverte de nouveaux continents peuplant le monde, en interprétations renouvelables… Autant d’approches masquant, travestissant la vie. Grilles de lecture ambivalentes, d’un devenir à actualiser indéfiniment.

À l’heure des déclarations publiques, des revendications systématiques autant pousser la porte des acteurs de l’alternatif, des rapports minoritaires. S’intéresser à l’hirsute, au rebut, à la combustion, à l’insolite, aux à-côtés ou encore à la concupiscence… La vie un mirage, l’art un extraordinaire mensonge. Magnétique. Subversif. Perpétuellement à nourrir, à enfreindre… Puis à sacrifier, à adorer ! Sans idolâtrie.

-Nicolas Savignat-

« Love Paradise » by BOOK

Une parade de dauphins roses fait le show façon
Esther Williams, la pâte Slime pénètre langoureusement les moellons, les panneaux de baskets deviennent des totems
cabalistiques,…
Quel plaisir de commencer la saison artistique de Blitz 2016/17 avec la réalité augmentée et joyeuse de l’artiste BOOK.
Moitié du duo Ready Made France ( dont la magnifique
forêt de bouleaux est à admirer à l’année chez Blitz ),
BOOK présente peintures king size et mini-sculptures comme autant de portails ouverts sur une autre dimension. Enter the LOVE PARADISE.
Retrouvons nous jeudi 8 septembre pour un vernissage de rentrée avec distribution gratuite de ̶ ̶L̶S̶D̶-̶ vin rouge.
www.adrienbertrandbook.com